• Gorgon basse - 2010
  • -
  • Groloo
00:00 / 00:00

Prochaine série : Orphelinat St Pavin et Expo à venir !

Cette photo est de l'époque !

Blockhaus - 1

         2019

L'histoire de l'abri, le général Dollman établi l'état major de la septième armée Allemande dans les locaux de la mutuelle générale "rue Chanzy "hôtel Mercure" maintenant, 500 officiers y séjournent, 8000 soldats sont au Mans, et le général est à la tête de 160 000 hommes dans tout  le grand Ouest . C'est Dollman qui commande le jour du débarquement !

 Cité administrative  - Le Mans

                        2019

Le parc Victor Hugo va s'agrandir . Voici le deuxième blockhaus !

Hôtel Leprince - 2017

          

Réhabilitation de l'hôtel Le Prince en ce moment et destiné à devenir un hôtel 4 étoiles de 38 chambres ...

Le site de la rotonde ferroviaire est l’un des seuls en France à présenter une configuration aussi proche de l’état d’origine et à avoir gardé un embranchement direct aux voies du réseau national. ​L’importance de la liaison Paris-Bordeaux dès l’ouverture de la ligne en 1886 a conduit le réseau de l’Etat à construire des dépôts de machines permettant l’entretien et l’approvisionnement en eau et charbon des machines à vapeur. La construction d’une rotonde semi-circulaire, conçue avec 10 voies intérieures sur fosse et un faisceau de lignes extérieures a été décidée en 1889. Victime des bombardements de la guerre de 1939-1945 et de la modernisation des réseaux SNCF, la rotonde de Montabon, mise en service en 1891, a été fermée en 1954.​ Sur place La locomotive 030 T 8 est maintenant hébergée dans la rotonde Et le Wagon lit de 1929, classé aux Monuments Historiques, en parfait état, long de 24 mètres pour 45 tonnes. De nouveaux matériels ferroviaires vont arriver dans un avenir proche : une machine de 1 875, un peu plus âgée que la rotonde, venant du Puy-de-Dôme ; huit engins actuellement stockés en gare de Thouars ; une voiture-restaurant identique à la voiture-lit que possède déjà l’association et datant de 1929 ; un wagon-citerne de 1917 et des wagons plus classiques.

 

Les Forges de Trignac - St Nazaire

                         2017

Les Forges de Trignac sont un établissement industriel métallurgique implanté en 1879 sur la commune de Trignac, près de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, et dont l'activité a été arrêtée en 1947.

Les Forges de Trignac ont été, à côté des chantiers navals de Saint-Nazaire, l'un des grands centres industriels de la presqu'île Guérandaise et un lieu important des luttes sociales aux XIXe et XXe siècles.

 

Manoir  et maisons        

Le Château " du Haut-Buisson"

               2011 / 12 /13

Le château du Haut-Buisson à Cherré (Sarthe), est une folie de style néo-Louis XV bâtie en 1847, où Alice Heine, princesse de Monaco, recevait avec faste les grandes personnalités de son temps comme Pierre Loti.

 Stéphane Bern chargé par le président de la République, d'une mission sur le patrimoine, annonce son intention de sauver ce château 

Sanatorium - Dreux

Énorme complexe médical conçu dans les années 1931 à la demande de Maurice Viollette (Maire de Dreux de 1908 à 1959) par l’architecte A. Sarrut, s’étendant sur des dizaines d’hectares. Il se divise en différents pavillons, chacun ayant une mission bien définie

En 1946 le complexe devient le service tuberculeux de l’hôpital de Dreux. Mais peu de temps après, la découverte de nouveaux traitements rendirent le complexe obsolète.

Il fut en parti abandonné dans les années 60, certains pavillons accueillent cependant des malades en fin de vie jusque dans les années 80.

Hôpital psychiatrique " Etoc Démazy"

                 Le Mans  - 2011

Depuis le déménagement du centre hospitalier spécialisé (CHS) à Allonnes en 2011, le site commençait à devenir une friche. L'ancien hôpital psychiatrique de la Sarthe, créé en 1828, va être réhabilité. Situé au 10 rue Etoc Demazy au Mans dans le quartier Gare Sud, il va être transformé en 88 appartements (déjà tous vendus) !Le site étant classé, les travaux devront respecter l'aspect historique des lieux. "Tout cela va être suivi par la Direction régionales des affaires culturelles et l'architecte des bâtiments de France . Une dizaine de cellules de l'ancien hôpital psychiatrique seront conservées. Des "chambrettes" de 3 m² où étaient internés les malades les plus dangereux. "Comme ici dans l'aile des agités. Cela montre comment vivaient les malades à l'époque. On va les laisser dans leur jus afin de pouvoir les présenter au public lors des journées du patrimoine".
 

Commentaire " URBEX   "

  • facebook-square
  • flickr-square
  • twitter-bird2-square